Final Fantasy

Forum rpg sur l'univers des final Fantasy. Ce site est consacré au monde de Final Fantasy 10
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Promenons-nous dans Besaid...

Aller en bas 
AuteurMessage
Eden
Fugitive
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 34
Localisation : Kilika
Classe : Voleuse
Date d'inscription : 16/05/2008

MessageSujet: Promenons-nous dans Besaid...   Dim 18 Mai - 12:28

Eden pénétra dans l'enceinte du village, tout était calme et rien ne semblait vouloir perturber cette étrange quiétude qui baignait les environs...

Elle embrassa du regard les quelques habitations ça et là ; de vulgaires cahutes rudimentaires, entourées par la végétation. Ce qui faisait office de place centrale était un simple cercle de terre sablonneuse.


*Voilà qui me rappelle bien des souvenirs...* pensa t-elle amèrement tandis qu'elle s'avançait en silence vers la place centrale.

Mis à part une paillote détruite (sans doute par Sin), rien n'avait changé. Son attention fut accaparée par l'entrée du temple où fourmillait tout un tas de gens, d'aussi loin qu'elle fut, elle put jauger l'effervescence qui régnait devant le temple et elle décida de ne pas s'en approcher tant que la populace y serait agglutinée.

Elle sourit intérieurement. Tant que tous ces pinpins seraient là-bas, elle pouvait fouiner tout à loisir dans le village sans être repérée et, qui sait, la fortune lui sourirait peut-être en fouillant dans les coffres appartenant aux habitants.

Elle se faufila donc dans les cahutes, souple et discrète comme un chat et raffla sans scrupule un petit butin, certes pas de grande valeur, mais un butin quand même ! Un détail la gêna tout de même : le chien de la seule boutique de l'île. Le cabot la lorgnait d'un air torve tandis qu'elle s'affairait à faire main basse sur tout ce qui passait à sa portée, potions comme restes de nourriture ou gils oubliés par ci par là. Assis près du comptoir, il ne bougea pas d'un poil alors que la voleuse dévalisait la demeure de son maître.

Ce n'est que lorsqu'elle allait sortir que le chien s'interposa entre la sortie et la jeune femme. Chaque fois qu'elle allait le contourner d'un côté ou d'un autre, le chien se décalait et il refusait de la laisser sortir.


- Allons bon, manquait plus que ça... Mais qu'est-ce que tu veux enfin !

Le chien, assis, la fixait encore de son air imbécile mais il ne bougeait toujours pas. Elle commença à entendre des bruits de pas au loin, sûrement les habitants qui regagnaient leurs demeures.

- Allez, vire de là ! Je vais me faire prendre à cause de toi !

Elle tenta une nouvelle fois de forcer le passage : en vain. Eden rageait ; plus elle entendait les bruits de pas se rapprocher, plus elle paniquait et s'énervait sur place. La tension était à son comble lorsqu'elle aperçut un truc brillant dans la gueule du chien qui la fixait toujours de cet air débile et apathique. Redoublant de colère d'être ainsi bloquée par un stupide chien, sa réaction fut instinctive et irréfléchie : elle approcha violemment sa tête du chien et montra des crocs impressionnants tant ils étaient aiguisés, l'espace d'un instant, ses traits prirent l'expression de la louve qui habitait son âme et le chien en face d'elle partir en couinant de terreur, lâchant au passage l'objet qu'il avait entre les dents...

La voleuse n'eut pas vraiment le temps de réaliser ce qui se passait. Elle empocha promptement l'objet lâché par le chien et fila hors de l'habitation, bousculant au passage la propriétaire de la cahute qu'elle faillit renverser. Elle fila se cacher dans la paillote dévastée en attendant que tout se calme. Alors qu'elle entendait les insulaires crier au vol, elle perçut une voix venant de la dernière cahute qu'elle avait dévalisée :


- Une jeune femme, oui ! Une femme aux cheveux noirs ! Elle est sortie de chez moi en courant, elle n'est pas du village, je suis sûre que c'est elle ! A propos quelqu'un a vu mon chien ?"

- Oui il est chez moi, répliqua une voix, il est caché sous le lit depuis tout à l'heure et impossible de le faire sortir de là !"


Eden pouffa discrètement. Dans quel pétrin elle s'était mis, déjà ! Elle allait devoir attendre un peu que l'agitation se calme... En tout cas, les abords du temple étaient maintenant déserts, il n'y avait plus qu'à attendre que les insulaires rentrent chez eux, ce serait bientôt l'heure de la sieste, celle qu'ils faisaient tous lors des heures les plus chaudes de l'après-midi.

Elle tenterait sa chance à ce moment là, se dit elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Promenons-nous dans Besaid...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy :: Le monde de Final Fantasy X :: Les îles :: Besaid :: Habitations-
Sauter vers: